BLOG

Sécurité sociale, mutuelles et assurances pour étudiants et jeunes actifs

Publié le dans Santé, bien-être & prévention. Retour au BLOG

Conseils VUE et CONDUITE

8 millions de conducteurs ont un défaut visuel non ou mal corrigé. Et vous ?

Vous prenez la route pour rejoindre votre famille pour Noel ? Vous prévoyez de traverser la France pour retrouver vos amis pour le 31 ?

Voici 10 bons gestes pour améliorer votre confort de vue sur la route avec notre partenaire OPTIC 2000

Au volant, plus de 90 % des informations nécessaires à la conduite passent par la vue.

Pour conduire en toute sécurité, votre champ visuel doit être suffisamment large et vos yeux doivent voir parfaitement : sur les côtés pour repérer les éléments de l’environnement, de loin pour le trafic et apprécier les distances, de près pour le tableau de bord…

Que dit le code de la route ?

Pour les permis A, B, E de véhicules légers, le conducteur doit notamment remplir les critères suivants :

  • Une acuité visuelle ≥ 5/10 pour les deux yeux ensemble (avec correction si nécessaire).
  • Un champ visuel horizontal ≥120°
  • Un champ visuel vertical ≥ 40°

Le champ visuel est ce qui est perçu en périphérie lorsque le regard est immobile.

*Arrêté du 21 décembre 2005 modifié par l’arrêté pris du 31 août 2010 en application de l’article R.412-6 du code de la route. Ce même arrêté précise d’autres critères à vérifier.

Les premiers bons gestes, pourtant évidents

1. Je porte les lunettes ou mes lentilles de contact prescrites par mon ophtalmologiste. En cas de port de lentilles, il est recommandé d’avoir aussi une paire de lunettes à votre vue dans le véhicule.


2. Je fais régulièrement contrôler l’évolution de ma vue. Des verres correcteurs qui ne sont plus adaptés déséquilibrent la vision, fatiguent les yeux et peuvent vous mettre en danger.


3. Je prépare mon véhicule

  • J’adapte la hauteur du siège, je règle les rétroviseurs et la distance du volant…
  • Je nettoie les parebrises, rétroviseurs, vitres (à l’extérieur et à l’intérieur) et phares régulièrement.
  • Je vérifie l’état des essuie-glaces et prévois une réserve suffisante de liquide lave-glace.
  • Je retire les objets encombrants ou gênants pour la visibilité : gadgets décoratifs, vitres trop teintées, pare-soleil…

4. Et bien sûr : je ne prends pas de stupéfiant, pas d’alcool au-delà de la limite autorisée et je fais attention aux effets secondaires de certains médicaments.Adapter son comportement de conduite aux situations
Vous partez pour un long trajet sur autoroute ou rapide petit tour en ville ? Il est conseillé d’adapter son comportement de conduite.

5. Je fais régulièrement des pauses (de 10 à 20 minutes toutes les heures), sans attendre l’apparition des 1ers signes de fatigue visuelle tels que les yeux qui piquent, qui rougissent…

6. Je prends conscience des effets de la vitesse. Plus la vitesse est élevée, plus le champ de vision se rétrécit, j’augmente alors par exemple mes contrôles visuels sur les côtés.
Le saviez-vous ? Nous sommes tous myopes la nuit !
Même si vous possédez une vue excellente, vous devenez, vous aussi, légèrement myope à la tombée de la nuit : flou de loin, distances sous-estimées, contrastes atténués… Réduisez, si nécessaire, légèrement votre vitesse et faites des pauses plus fréquentes.
Se protéger de l’éblouissement en journée ou la nuit…
Les situations d’éblouissement sont fréquentes : conduire directement face au soleil ou avec des rayons qui réfléchissent sur la route, passer d’une zone sombre à une zone très éclairée (à la sortie d’un tunnel), être gêné par les phares des véhicules…

Ruban rouge de la journée mondiale contre le SIDA

7. Je me concentre sur les lignes bordant la route (évidemment en regardant au loin).

8. Je règle mon rétroviseur intérieur en position « nuit » et, en journée, j’utilise les pare-soleil.

9. Je porte des lunettes de soleil adaptées et de qualité. Celles de catégorie 4 (selon la norme NF EN1836) sont proscrites pour la conduite en raison de leur teinte trop foncée.

10. Je dis à mon opticien que je suis fréquemment gêné(e) par l’éblouissement et il me propose des verres adaptées avec un antireflet et, en cas d’inconfort persistant, avec un traitement polarisant.