BLOG

Sécurité sociale, mutuelles et assurances pour étudiants et jeunes actifs

Publié le dans Santé, bien-être & prévention. Retour au BLOG

La santé des étudiants en 2015

Depuis 1999, la SMENO en partenariat avec l'institit CSA publie tous les deux ans une enquête santé réalisée auprès d’un échantillon de 44 269 étudiants. L'objectif de ces enquêtes est de mieux connaître l'état de santé des étudiants et notamment de leurs conduites à risques (conduites addictives).

Le constant principal de cette 9ème enquête nationale : une augmentation inquiétante de la consommation de substances addictives (buveurs excessifs d’alcool, les fumeurs quotidiens de tabac et les consommateurs réguliers de cannabis.)

Découvrez tous les résultats de l'enquête dans le Dossier de presse iciainsi que le communiqué de presse

Portrait des buveurs excessifs d’alcool

Ce sont des étudiants bien intégrés socialement :

  • Ils sont 84,7% à avoir des rapports sexuels (contre 72% pour les non buveurs et les buveurs modérés),
  • Ils passent plus de temps sur les réseaux sociaux à 44,8%, contre 39,7% pour les non buveurs et les buveurs modérés.

Ils sont davantage polyconsommants :

  • Ils ont conscience de trop boire : 90,3% contre 73,5% pour les buveurs modérés,
  • Ils consomment davantage de cannabis : 44,8% de consommateurs occasionnels ou réguliers contre 20,5% pour les non buveurs ou les buveurs modérés.

Portrait des consommateurs réguliers de cannabis

Ils sont de grands polyconsommateurs de produits psychoactifs :

  • 32,4% consomment également de l’ecstasy/MDMA, contre 2,6% des non fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis
  • 22,8% consomment des poppers, contre 4,6% des non fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis
  • 17,4% consomment de la cocaïne, contre 1,5% des non fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis

Ces étudiants ont un sommeil dégradé et une mauvaise gestion du stress :

  • 26,1% prennent des produits ou médicaments pour dormir, contre 12% des non fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis
  • 72,9% se sentent fatigués au réveil, contre 64,6% des non fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis
  • 31,8% estiment mal dormir, contre 22,4% des non-fumeurs et les fumeurs occasionnels de cannabis

Le cannabis : première drogue expérimentée par les étudiants

Le cannabis reste la première drogue expérimentée et consommée chez les étudiants :

  • 15,5% déclarent une expérimentation ou une consommation par le passé.
  • 16,6% déclarent une consommation dans les douze derniers mois.
  • Entre 2013 et 2015, on constate que les étudiants de la zone ont une plus grande propension à expérimenter la consommation de cannabis, mais ils en consomment plus souvent de manière occasionnelle.
  • En revanche, la proportion de consommateurs réguliers reste assez stable.
  • Une hausse de la consommation de poppers depuis la levée de son interdiction de vente
  • Entre 2013 et 2015, on observe également une augmentation de la consommation de poppers dans la population étudiante, malgré une baisse de l’expérimentation ou de la consommation passée de poppers par rapport à 2013 :
  • 5,1% déclarent une expérimentation ou une consommation par le passé (ils étaient 6,3% en 2013).
  • 4,3% déclarent une consommation dans les douze derniers mois (ils étaient 3,5% en 2013).
  • La remise en vente de ce produit depuis juin 2013 montre une nouvelle augmentation de la consommation régulière ; ce qui pose un problème majeur de santé.

Une progression inquiétante de la consommation d’ecstasy/MDMA

A noter également que la consommation d’ecstasy/MDMA connaît une forte hausse 2,3% puisqu’elle a été multipliée par près de huit en deux ans (0,3% des étudiants, en 2013, avait consommé ces substances au cours des 12 derniers mois).

Tabac : une consommation inquiétante chez les fumeurs excessifs, malgré une stabilisation du nombre de fumeurs

La part des étudiants n’ayant jamais fumé augmente (74,8% en 2015, 72,2% en 2013), tout comme celle des fumeurs quotidiens excessifs. En revanche, la proportion de fumeurs occasionnels reste stable. Cependant, les modes de consommation ont évolué. Les fumeurs occasionnels et quotidiens fument davantage de tabac à rouler (37,8%) qu’en 2013 (29,8%). Chez les fumeurs quotidiens excessifs (10 cigarettes et plus), la part du tabac à rouler atteint 50,9%.
La cigarette électronique, quant à elle, ne semble pas avoir trouvé sa place puisque 5,8% des étudiants l’utilisent.

Impact des campagnes de prévention

Les campagnes de prévention et les augmentations successives du prix du tabac semblent avoir peu d’impact auprès de la population étudiante, exceptée pour les fumeurs modérés qui sont 42,2% à avoir réduit leur consommation de tabac (contre 22,7% pour les fumeurs excessifs).

Portrait des fumeurs quotidiens

Ce sont des étudiants anxieux en recherche de solution :

  • Ils sont plus nombreux à prendre des médicaments pour dormir : 18,4% contre 12% des non fumeurs et des fumeurs occasionnels
  • Mais les augmentations successives du prix du tabac ne les incitent pas à arrêter de fumer : 0,6% contre 5% des fumeurs occasionnels.
  • Ils ressentent des difficultés financières :
  • 70,1% d’entre eux se considèrent en difficultés financières (contre 51,1% des non fumeurs et des fumeurs occasionnels).
  • Ils ont davantage de découverts bancaires : 45,4% contre 26,3% des non fumeurs et des fumeurs occasionnels.