BLOG

Sécurité sociale, mutuelles et assurances pour étudiants et jeunes actifs

Publié le dans Stage, emploi & job étudiant. Retour au BLOG

Le succès de la baguette à l'étranger

La France est le pays de la gastronomie, du bon goût et du bon vin, l’une des spécialités que l’on nous envie à l’étranger est la boulangerie.

La baguette française, les viennoiseries et autres petits pains sont des mets qu’il est encore rare de manger lorsque l’on quitte notre beau pays.
Alors ça a donné des idées à quelques entrepreneurs français qui ont décidé d’exporter le savoir-faire Français à l’étranger.

Clémence

Après avoir obtenu un diplôme à l’ESSCA d’Anger, Clémence a débuté sa carrière professionnelle en travaillant dans le domaine pharmaceutique. Cette adepte de la restauration a toujours été passionnée par la boulangerie, ce n’est que quand son mari a été muté aux Etats-Unis que Clémence a sérieusement pensé à se lancer dans l’aventure.

Un retour aux études

C’est en 2009, à son arrivée aux USA que Clémence a repris ses études, tout d’abord à l’Institute of Culinary Education où elle a dû apprendre à écrire un business plan, passage obligé pour tout créateur d’entreprise.
La jeune entrepreneuse a ensuite effectué un stage intensif chez un boulanger New-yorkais afin d’assimiler les divers produits et de perfectionner son contact avec le client.
C’est seulement après que Clémence a effectué une formation intensive de deux mois à l’international Culinary Center où elle a pu apprendre toutes les bases du métier de boulanger.
Pour parfaire sa formation, Clémence est retournée en France effectuer plusieurs stages dans des boulangeries Françaises.

Toutes ces formations ont couté en tout 20000$ à Clémence.

Après l’effort d’autres efforts

Une fois formée, Clémence a pu vraiment se lancer dans son projet, tout d’abord en recherchant un local pour établir son activité, cela n’a pas été simple les recherches ont été longues et pas toujours fructueuses. La jeune boulangère a aussi rencontré différentes difficultés avec les banques qui sont réticentes à accorder des crédits aux petites entreprises.
Clémence a donc du mettre ses propres économies dans son projet, et financer elle-même son local.

La différence des cultures

Une fois le local trouvé et aménagé, Clémence a enfin pu ouvrir sa boulangerie nommée CHOC O PAIN. Une fois les premiers clients arrivés, Clémence a vite remarqué les différences de cultures qui peuvent exister aux USA, là-bas les clients sont habitués à être servis de manière très rapide, nous sommes bien au pays du fast-food. La patronne de l’établissement a donc dû trouver un juste-milieu afin de satisfaire les besoins de ses clients tout en gardant la touche française qui était le garant de son succès.

Le savoir-faire Français

La culture Française donne aussi des idées à de jeunes étrangers désireux de venir en France afin d’approfondir leurs connaissances en boulangerie mais aussi pour pouvoir ramener notre savoir-faire dans leur pays.
On peut notamment citer l’exemple du centre de formation en boulangerie de Rouen où 20% des élèves sont étrangers.
À noter que dans le pôle boulangerie du centre de Rouen 60% des élèves sont d’origine asiatique car en effet c’est là-bas que notre culture est la plus appréciée, principalement en Chine.

Luis Alberto Abrantes

Ce jeune Brésilien est allé se former dans une boulangerie de Sevran, lors de son retour au Brésil, il a emporté avec lui le concept du pain plus rustique ce qui lui a notamment permis d’augmenter son chiffre d’affaires, en effet quand un boulanger traditionnel gagne environ 1500€/mois au Brésil, Luis Alberto avoue lui gagner 2300€ chaque mois grâce à son savoir-faire Français.

À l’étranger le savoir-faire Français a donc de beaux jours devant lui, il vous sera toujours possible de déguster une bonne baguette Française même à l’autre bout du monde.

Alors en ce jour de fête du pain, bon appétit !