Rechercher

Sorties & événements étudiants

Parcs d’attraction et parcs aquatiques

Les parcs d’attraction et les parcs aquatiques séduisent de plus en plus de visiteurs chaque année. L’originalité de leurs manèges et attractions, les spectacles avec des animaux ou leurs multiples toboggans suscitent à coup sûr l’intérêt.

Alors, pourquoi ne pas profiter de la chaleur estivale pour passer une journée ou un week-end dans un des parcs le temps d’une journée ou d’un week end ? La SMENO vous présente les 5 parcs d’attraction et 5 parcs aquatiques devenus incontournables en France !

Les parcs d’attractions

1. Le parc Disneyland Paris

Disneyland Paris, ce sont 2 parcs qui proposent plus de 50 manèges et attractions, le tout animé par des spectacles et des parades Disney. Un renouvellement avec des productions spéciales à chaque saison, pour enchanter les petits et les grands.

Situé à Marne-la-Vallée, sa proximité avec le Disney Village et la ville de Paris en fait la première destination touristique d’Europe.

Inspiré par les dessins animés de Walt Disney, découvrez toute la magie de ce parc d’attraction qui attire plus de 16 millions de visiteurs chaque année !

Une nouvelle attraction ouvrira à partir du 10 juillet 2014 : « Ratatouille » !Placé dans une « rat-mobile » et équipé de lunettes 3D, le visiteur entrera dans la peau d’un rat dont le rêve est de devenir cuisinier !

2.Le parc Astérix

Le parc s’inspire de l’univers de la bande dessinée d’Astérix et Obélix. Avec ses 7 montagnes russes et ses 32 attractions dont une dizaine dédiées aux moins de 6 ans, elles raviront aussi bien l’apprenti gaulois que le doyen du village.

Aussi détonantes que la potion, les attractions du Parc Astérix invitent nos irréductibles visiteurs à vivre des aventures taillées sur mesure.
A Plailly près de Paris, partez le temps d’une journée ou d’un week-end pour un moment de détente en famille ou entre amis.

3.Le Puy du Fou

A travers le Puy du Fou, replongez dans l’histoire de la France de l’époque Gallo-Romaine au XVIIIème siècle.

Situé en Vendée, parcourez les siècles en suivant les aventures des chevaliers de la table ronde ou encore des mousquetaires de Richelieu. Chaque année, c’est plus d’1,5 millions de visiteurs qui se retrouvent en famille ou entre amis pour s’émerveiller à travers 60 divertissements étonnants.

Découvrez un univers médiéval unique qui a forgé la légende du Puy du Fou !


4. Le Futuroscope

Basé sur le multimédia, des techniques cinématographiques, audiovisuelles et robotiques innovantes, le Futuroscopeest le 4ème plus grand parc d’attraction de France.

C’est à Poitiers que le parc attire 1,4 millions de visiteurs annuels. Les familles s’y amusent à travers plus de 25 destinations originales. Spectacles de magie, spectacles nocturnes…

Explorez le monde et amusez-vous à imaginer le futur grâce aux multiples expériences qui vous seront proposées.

5. Vulcania

Vulcaniaest quant à lui axé sur l’univers des volcans et ses dérivés. A proximité de Clermont-Ferrand, il offre plus de 30 animations et projections, vous serez dépaysé le temps d’une journée !Simulateurs de séismes, geyser artificiel… Le parc comporte 5000 m2 d’activités et de spectacles ainsi que des sentiers extérieurs à explorer sur 57 hectares.Une initiation ludique et amusante pour découvrir la science et le volcanisme.

Les parcs aquatiques

1. Aquasplash à Marine Land

Sans doute le parc d’attraction consacré au monde de la mer des plus connus, Marine Landpropose de nombreux spectacles avec les plus grands mammifères marins : orques, dauphins, manchots, otaries…Il concentre également un complexe aquatique où l’on peut admirer requins, ours polaires et des poissons étonnants !

En outre, il fait également office de parc d’attraction : L’Aquasplash ! Ce parc est le plus grand de la Côte d’Azur : de multiples bassins ainsi que des dizaines de toboggans en font un endroit très apprécié par les amateurs de glisse !

2. La Bouscarasse

Le parc aquatique de la Bouscarasse, dans le Gard, propose beaucoup d’eau et de verdure. Une moment unique si vous voulez vous détendre avec vos proches.

Lieu de détente pour les adultes et les enfants, il a été conçu pour proposer de la tranquillité et de la sécurité (maître-nageur et surveillants)Rivières à bouées, escaliers d’eau, cascades, fontaines, chemin d’eau… Tout le monde y trouve son compte !

3. L’aqualud du Touquet

L’aqualud du Touquet est le plus grand parc aquatique du nord de la France.

Ce parc propose de nombreuses attractions aquatiques : des toboggans de grandes tailles dont l’un se situe au cœur d’une pyramide de verre qui sert de toiture à l’immense bassin intérieur ! Détendez-vous à travers une rivière artificielle, lagon à vagues, jacuzzis, spas… un bon plan pour profiter de l’été !

4. Aquaboulevard

Longtemps figurant des plus grands parcs aquatiques européens, ce parc a de quoi plaire.

L’Aquaboulevard de Paris propose de nombreux toboggans dont un avec chute libre, un aquarium géant, d’un parcours pour bouées, de nombreux bassins…

Ce parc est également réservé à la détente et à la remise en forme. Pratiquez du tennis sur l’un des 7 cours ou initiez-vous au squash, au mini-golf…

Un endroit idéal pour s’aérer l’esprit et profiter de la période estivale sur Paris !


5. Aqualand de Fréjus


Incontestablement le plus grand parc sur la Côte d’Azur. Profitez le temps d’une journée ou d’un week-end de nombreux toboggans aquatiques des plus épatants à l’Aqualand de Fréjus !

Que ce soit pour le célèbre Black Hole, où l’on glisse dans le noir avant d’atterrir dans la piscine ou encore le King Cobra, les amateurs de glisse seront conquis. Par ailleurs, il est possible de faire du surf dans le bassin Surf Beach, qui est l’une des attractions les plus appréciées du parc aquatique.

Comment j'ai débuté mon stage à la Smeno, de mon salon !

Stage, emploi & job étudiant -

Étudiante, Aubéry ROOM a récemment rejoint la SMENO pour y effectuer son stage de Master. Mais, alors que la France s’est retrouvée subitement confinée en raison de la pandémie de COVID-19, Aubéry après avoir craint de devoir renoncer à cette expérience professionnelle, a dû faire preuve d’adaptabilité en s’intégrant à son nouveau service à distance. Elle revient avec nous sur ces quelques semaines pas comme les autres … « Bonjour Aubéry, peux-tu te présenter, nous dire quel est ton cursus, à quel poste et à quelle date tu as rejoint la SMENO s’il te plaît ?  Je suis étudiante à IlIS, la faculté Ingénierie et Management de la santé. Je finis actuellement ma première année de Master Healthcare Business et Recherche Clinique en option Ingénierie de la santé. J’ai débuté mon stage le 6 mai 2020 en tant que Chargée de projet E-Santé. L’objectif de ma mission est de développer le meilleur concept pour intégrer la e-santé au sein de la SMENO, le but étant de trouver ce qui conviendrait le mieux à nos adhérents comme une application, une plateforme, ou encore tout ce qui touche aux objets connectés. Le projet étant vaste, je travaille avec plusieurs collaborateurs de la SMENO. Par exemple, il intègre une grande partie de prévention, c’est pourquoi je travaille beaucoup avec Virginie HIBOUX, qui est Chargée de Produits Prévention. Plus je vais avancer dans mon stage, et plus je vais devoir travailler avec les différentes équipes SMENO, comme le marketing, la communication, ou encore la comptabilité … La pandémie de coronavirus a eu un certain nombre de répercussions sur nos façons de travailler, peux-tu nous expliquer en ce qui te concerne, ce que ça a changé dans ta façon d’aborder ton stage ? En ce qui me concerne, la pandémie a soulevé un gros point d’interrogation quant au maintien de mon stage. En effet, celui-ci devait débuter le 16 mars, tandis que le 15 au soir, l’école nous envoyait un mail nous interdisant d’aller sur nos lieux de stage en raison du confinement qui démarrerait le mardi midi ! Maxime, mon tuteur, m’a tout de suite rassurée en me disant que ma mission m’attendait et qu’on la débuterait lorsque nous en aurions l’autorisation. J’ai donc finalement commencé le 6 mai, en télétravail ; au lieu du 16 mars au sein des bureaux de la SMENO. Tu as donc rejoint les équipes SMENO alors que la quasi totalité des effectifs était en télétravail, est-ce que tu as ressenti des difficultés d’intégration de ce fait ? Je ne dirai pas forcément des difficultés, mais plutôt des appréhensions … Le premier jour de mon stage, nous avons attaqué la journée par une visioconférence, organisée par mes deux tuteurs, Maxime et Virginie. Ils en ont profité pour m’expliquer le projet de A à Z, et pour me donner les premières grandes lignes de mon travail. Par la suite, je me suis présentée, toujours par le même biais, aux équipes avec lesquels ma mission implique que j’échange, c’était convivial et agréable même si le fait d’être à distance rend les choses plus difficiles quand on ne connaît pas les personnes ! Est-ce que, selon toi, le télétravail et le fait de ne pas se voir physiquement rend la communication plus difficile ? La communication est forcément moins fluide, car discuter du projet à l’écrit est plus compliqué : il est plus difficile de poser des questions qui pourraient paraître « inutiles », mais Maxime et Virginie m’ont proposé des solutions dès le début de mon stage, comme la mise en place d’un point par semaine en visioconférence, ce qui permet d’échanger plus facilement sur l’avancement de mon travail et sur les éventuelles difficultés rencontrées. Peux-tu nous décrire une de tes journées type depuis le début de ton stage ?  J’essaie de dérouler ma journée comme si j’étais au bureau, je réalise les horaires de base le plus souvent : 9h-12h30 et 14h-17h30, cela me permet de garder un certain rythme. L’avantage du télétravail, c’est que je peux adapter mes horaires si j’en ai besoin mais l’inconvénient est que je n’ai pas de collègues pour pouvoir me « changer les idées ». Pour m’organiser je fais une to do list des choses sur lesquelles je souhaite avancer pendant la journée. Cette liste me permet d’organiser mon temps de travail et de me laisser un peu de temps pour prendre une pause au soleil ! Tu es encore étudiante à ce jour, ce stage doit te permettre de développer un certain nombre de compétences, est-ce que tu as l’impression que ton « apprentissage » est limité du fait du contexte ? Pour moi, l’apprentissage ne sera limité qu’en partie ! Je  prolonge mon stage d’un mois pour essayer de rattraper les semaines perdues. Mais je suis chanceuse de pouvoir bénéficier de cette expérience professionnelle importante dans le cadre de mon master, car d’autres étudiants de ma promo se sont vus annuler complètement leur stage. Cependant, je ne serais pas notée pour la réalisation du stage, et je n’aurais pas de mémoire à effectuer ou à soutenir pour assurer l’équité ! Conseillerais-tu aux autres étudiants, de maintenir leur stage et de le réaliser à distance, ou plutôt de le reporter afin de le réaliser dans des conditions plus « normales » ? Le reporter me semble être une bonne solution mais le calendrier universitaire le permet rarement ! Pour ma part, je conseillerai donc de le réaliser tout de même, même s’il faut démarrer en télétravail car cela permet de développer d’autres compétences comme l’organisation, la gestion du temps et surtout l’autonomie. C’est enrichissant aussi au niveau professionnel, car c’est un stage long, donc avec une mission importante. Je trouve dommage de passer à côté de cette opportunité.  Est-ce que, selon toi, le contexte COVID et le télétravail qui a été mis en place en conséquence va permettre aux entreprises de faire évoluer leur réflexion sur cette manière de travailler ?  Je pense que le télétravail pourrait d’autant plus faire partie de la stratégie des entreprises, lorsqu’il y a un rapport de confiance entre l’employé et l’employeur ! Ce mode de travail ne peut qu’apporter des avantages. Une journée par semaine pourrait être le rythme idéal. Les avantages sont multiples que ce soit au niveau personnel : moins de stress lié à la route ou aux transports en commun … C’est aussi l’occasion d’organiser une journée différemment du reste de la semaine (et c’est aussi un gros avantage sur le plan environnemental, ce n’est pas à négliger !) Enfin, peux-tu nous donner ton top 3 des outils à utiliser quand on télétravaille ?  Le top 3, je dirai Slack qui nous permet de garder contact tous ensemble, Zoom qui m’a permis de mettre des visages sur des prénoms que j’entendais et surtout .. une très bonne connexion internet ! Merci Aubéry, quelques mots pour conclure … ? Merci à vous, la SMENO a tout mis en place pour que, malgré le télétravail je me sente intégrée au sein de l’équipe, et que je dispose de tous les outils nécessaires pour travailler de chez moi. J’ai hâte de venir quelques jours en juin même si je sais que ça ne sera toujours pas comme avant, j’espère simplement pouvoir rencontrer tout le monde une fois avant la fin de mon stage !

Déconfinés, mais pas déconfits !

Vie pratique & bons plans étudiants -

Depuis le 11 mai 2020, nous sommes déconfinés. Pour autant, nous n’avons pas perdu certaines habitudes prises lors du confinement. Certaines choses vont reprendre leurs cours, et d’autres pas. Car nous avons tous conscience que nous devons rester prudents face au Covid-19 qui circule toujours. Alors, quelles sont les habitudes à oublier, à conserver et à adopter dans cette vie quotidienne renouvelée ?

Les galères du confinement, quand on est étudiant !

Vie pratique & bons plans étudiants -

Depuis le 16 mars, toutes les écoles et universités sont fermées jusqu’à nouvel ordre. Si certains d’entre vous en profitent pour souffler un peu, d’autres ont choisi de s’occuper en mettant les bouchées doubles sur les révisions. C’était sans compter un facteur supplémentaire : le confinement qui vient parfois contrecarrer tes projets de la journée. Petit florilège des galères du confinement quand on est étudiant.

La SMENO s'engage pour mieux vous satisfaire

Faire de votre satisfaction une priorité

Newsletter
Soyez au courant des actualités SMENO :