Rechercher

Partir & étudier à l’étranger

Parents : mon enfant rentre d'Erasmus

On entend beaucoup parler du départ mais très peu du retour, et pourtant…

Rentrer chez soi après plusieurs mois à l’étranger peut être déstabilisant et très frustrant pour un étudiant. Voici donc quelques conseils qui vous aideront à comprendre ce qu’il ressent et à l’aider à se réadapter à son environnement.

Une expérience difficile à raconter

Même si vous avez eu des nouvelles régulièrement pendant son séjour là-bas, une fois rentré vous vous attendez certainement à ce qu’il vous en raconte davantage. Mais souvent, les étudiants qui rentrent de plusieurs mois d'Erasmus ou de l’étranger ne trouvent pas les mots et sont convaincus que personne ne peut comprendre l’intensité de ce qu’ils ont vécu. De plus, il serait impossible de raconter une telle expérience en quelques mots. S’il ne le fait pas, évitez donc de le harceler de questions et attendez qu’il soit prêt à vous en dire un peu plus…

Le retour à la "routine"

Si les premiers jours sont synonymes de joie : le bonheur de retrouver sa famille et ses amis prenant le pas sur tout le reste, une fois l’excitation des retrouvailles passées, un petit coup de blues peut survenir. C’est ce que l’on appelle le « Syndrome post-Erasmus » : une petite période de déprime et de nostalgie qui s’installe lorsque l’étudiant rentre chez lui. En effet, après plusieurs mois marqués par des découvertes quotidiennes, de nombreuses rencontres mais surtout par un grand sentiment de nouveauté et de liberté, le retour à une vie « normale » peut lui paraitre difficile et il supportera très mal la routine. Lui organiser une petite fête peut être un bon moyen de l’accueillir pour qu’il se sente immédiatement entouré et « chez lui » mais ensuite, incitez-le à sortir, voir des amis, faire du sport…

Contrer la déprime grâce à de nouveaux projets

Si le départ se prépare en amont, le retour aussi. Généralement il est préférable que votre enfant ait un projet pour son retour avant de partir. Si ce n’est pas le cas, ne le brusquez pas pour son orientation et ses réinscriptions, accordez lui quelques semaines, le temps qu’il se réadapte et qu’il reprenne son rythme. Pour éviter que ce coup de blues ne dure trop longtemps vous pouvez aussi le pousser à échanger avec d’autres étudiants partis étudier à l’étranger qui comprendront ce qu’il a vécu et qui sont certainement passés eux aussi par cette phase de déprime. Vous pouvez également lui conseiller de créer un carnet ou un album de voyage pour qu’il puisse se remémorer, raconter son voyage photos à l’appui mais aussi pour qu’il puisse faire un bilan avec lui-même sur ce qu’il a vécu, une belle façon de tourner la page sur cette période chargée d’émotions. 

Jeu Saint-Valentin 2019

Saint-Valentin 2019 : quel starter pack choisis-tu ?

La SMENO -

Du 8 au 17 février 2019, venez participer à notre Grand jeu Saint-Valentin sur Facebook et tentez de remporter des cartes cadeaux Netflix, Uber Eats, FNAC ou des smartbox de restautant ou beauté.

Actions solidaires : les étudiants aussi peuvent agir

Vie pratique & bons plans étudiants -

En étant étudiant, on a parfois l’impression de ne pas avoir les moyens d’aider les autres, bien que l’envie soit présente. Il existe pourtant des gestes et actions solidaires simples pour favoriser l’entraide. Certaines activités (qui ne coûtent pas grand chose) peuvent avoir des impacts directs et concrets sur notre monde et le rendre meilleur !

Dangers des écrans

Les écrans, c'est vraiment dangereux ?

Santé, bien-être & prévention -

Selon une étude, les jeunes français de 16-30 ans passeraient environ 2h12 par jour sur leur smartphone, dont 43 minutes sur les réseaux sociaux ! Alors, les écrans sont-ils dangereux pour la santé ? La SMENO a mené l’enquête !

La SMENO s'engage pour mieux vous satisfaire

Faire de votre satisfaction une priorité

Newsletter
Soyez au courant des actualités SMENO :