logo Smeno

Le consentement

Si le mot “consentement” s’utilise dans pleins d’autres domaines que celui de la vie intime (tu vas peut être en entendre parler à la banque ou dans tes cours de droit), il est de plus en plus utilisé pour parler de l’acceptation mutuelle de partenaires pour avoir ensemble un ou des rapports sexuels.

 

Les 10 commandements du consentement

 

1.  Il peut se retirer à tout moment 

En matière de consentement un “oui” n’est jamais acquis définitivement. Il peut se retirer à tout moment, même pendant l’acte. 


2.  Dire “oui” une fois ne veut pas dire consentir à chaque fois

Ce n’est pas parce qu’un ami accepte de te prêter sa voiture pour te dépanner que tu peux la lui prendre à chaque fois sans lui demander l’autorisation. C’est à peu près la même chose dans le sexe. 


3.  Un refus n’oblige pas à une justification 

Un “non” ne doit pas obligatoirement s’accompagner d’excuses ou de justifications. Et il n’est pas normal d’insister pour en avoir. 


4.  Le consentement ne s’obtient pas “à force d’insister”

Céder pour éviter de perdre du temps ou de l’énergie n’a rien à voir avec un consentement libre et enthousiaste. Attention à la pression ! 


5.  La question se pose autant pour un inconnu ou un proche

On croit parfois bien connaître une personne et donc, on pense pouvoir se passer de son consentement - ce qui est assez dangereux. N’hésite pas à communiquer, longuement, même avec un partenaire de longue date. 


6.  Il ne peut pas être donné par une autre personne que la personne concernée

Fais attention aux rumeurs ou à la réputation d’une personne, cela ne donne aucune indication fiable sur son consentement réel. 


7.  Le consentement est spécifique

N’hésite pas à bien préciser l’étendue du “oui” et à le respecter. Par exemple “Oui pour un baiser sur la bouche” ne veut pas dire “oui, pour être tripoté en même temps.” 


8.  Il ne doit pas être confondu avec le désir

Le sexe, c’est super quand on désire son partenaire. Mais parfois, on peut aussi consentir à un acte sexuel par curiosité ou par envie de découvrir son corps, le corps de l’autre, ou pour un autre motif. Tant qu’il n’y a pas de pression de la part de son partenaire et que l’on est consentant, c’est OK.


9.  Dire “non” est toujours une bonne solution 

On a le droit d’hésiter ou de ne pas être sûr de son acceptation, c’est tout à fait normal, surtout quand on apprend à se connaître. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à dire “non” clairement à son partenaire. Quitte à y réfléchir plus longuement, et à dire “oui” de façon enthousiaste une prochaine fois ! 


10.  Le consentement peut concerner autre chose que la sexualité

Le consentement peut s’étendre au-delà de la sexualité, à toute la vie intime. Il y a également besoin de vérifier le consentement d’une personne avant de publier une photo d’elle sur les réseaux sociaux, de communiquer sur sa vie privée ou d’emprunter ses affaires personnelles. Dans le doute, demande toujours une permission.

 

 

 

il y a 1 an

Pour continuer ta lecture ...

Précarité menstruelle : quelles initiatives en France et dans le monde ?

Temps de lecture : 3 min

Lire la suite
Santé, bien-être & prévention

Coincés à la maison : restons actifs !

Temps de lecture : 3 min

Lire la suite
Santé, bien-être & prévention
inscription newsletter

Rejoins la communauté

pour rester informé(e) de nos nouveautés et bons plans !

Devis immédiat
Contact
logo tchat en ligne